Le portrait de la Traviata – Do Jinki

Note : ❤❤❤❤💖

Livre papier : 250 pages

Résumé : Le chef de brigade Lee Yuheon piétine dans son enquête sur le double-meurtre de l’appartement 204. Il croyait avoir son coupable, le gardien de la résidence, mais lors du procès, une mise en scène parvient à le faire libérer.
Cette mise en scène est signée de « l’Avocat de l’Ombre« , ancien juge reconverti à qui il a déjà eu affaire par le passé. Devant le fiasco du procès, causé par les manipulations de l’ancien juge, Lee Yuheon n’a plus le choix, il doit, lui aussi s’adresser à ce Gojin pour trouver le ou les coupables de ce crime.

Grâce aux déductions spectaculaires de Gojin, Lee Yuheon et sa brigade déjantée reprennent l’enquête de zéro et découvre rapidement que le petit ami de la victime, un artiste, prétend être super amoureux mais vit aux crochets de la demoiselle.
Je ne vous en dis pas plus sur l’histoire, sinon je vais vous révéler l’intrigue.

 

Avis : bien sûr que j’ai aimé ! Lee Yuheon et sa brigade sont courageux : les ajummas n’étaient pas faciles, il y a aussi des souteneurs pas très nets et des anges pas si angéliques que ça.
L’enquête avance petit à petit, les pistes se réduisent au fur et à mesure qu’ils se rapprochent de la vérité et ouah, quelle vérité !
Je ne m’attendais pas à ça. 😲 Franchement, j’avais deviné quelques trucs (oui bon, un seul, ok), mais je n’aurais jamais imaginé une histoire pareille. Là, j’ai bien été scotchée.

Il y a quelques petits clins d’œil à la culture française, Victor Hugo, Maurice Le Blanc, Verlaine (peut-être), les marques de parfums, le contexte est encore plus étonnant. Sinon, l’écriture est fluide, accessible, on tourne les pages rapidement tant on veut connaître la réponse à cette énigme. C’est vraiment prenant.

Si vous avez déjà visionné cet excellent film coréen « Confession of Murder » ou même ce film de Hong-Kong « Confession of pain« , vous aurez un aperçu de l’ambiance que donne cette histoire.
D’ailleurs, c’est là une bonne occasion de passer par ma vidéothèque préférée pour revoir mes classiques.

J’espère que pour la suite, s’il y en a une 😘, il y aura plus d’expressions ou proverbes coréens, la langue est tellement riche, en refermant le livre, j’ai eu l’impression d’un manque de ce côté là.

Et en fait, en y repensant, il y a eu beaucoup, beaucoup de manques.

Tout d’abord, pour un livre traduit du coréen, il n’y a aucune note de bas de page. Incroyable, non ? Pas de « Oppa« , pas de « Hyung » non plus.
Puis il y a aussi cette petite gêne : tout le monde connait Gangnam grâce au chanteur Psy mais saviez-vous que Jamsil station est juste en face du parc d’attraction Lotte World ? Et autant dire que quand on passe à côté, c’est compliqué d’en faire abstraction. Je ne peux pas en dire plus sans parler de l’intrigue mais beaucoup de choses qui font le charme de la vie Séoulite ne sont pas citées. J’espère que la suite sera avec plein de notes de bas de page et de description de la gastronomie coréenne.
Mon expérience de cette ville n’est pas énorme, j’ai juste passé 10 jours là-bas et j’avoue être un peu déçue de ne pas retrouver ces petits trucs qui m’ont tant plu.

Il n’empêche, j’ai passé un très bon moment et je suis prête à repartir là-bas avec Lee Yuheon et Gojin.

 

Citations :

En comparaison, l’homme en jogging kaki et chaussures de sport paraît misérable. Il doit être petit. Un mètre soixante-cinq, à peine. Pas plus grand que la femme. Lee Yuheon pense à Quasimodo et Esmeralda.

– Ça ressemble donc à ça une scène de crime ! Incroyable ! celle-ci est réelle, on n’est pas dans un film.

– Grand frère, je te rappelle que nous ne sommes pas en visite scolaire, grommelle Lee Yuheon, légèrement irrité.

Kim Hyeongbin n’a pas à s’en faire, c’est le moral de Lee Yuheon qui vient de plonger dans les ténèbres. La dernière feuille vient de tomber de l’arbre.

Avez-vous aimé ce livre ?
Back to Top